Le SYNPER : pacifique, européen et liberal.

Un site Fourmi’dable !

Accueil > La fourmilière > Les fourmis > se mobiliser > Nous ne nous mobilisons pas contre mais pour !

Nous ne nous mobilisons pas contre mais pour !

mercredi 8 mai 2019, par synper

Construire une fonction publique moderne

Une grève nationale est organisée ce jeudi 9 mai 2019 à l’appel de tous les syndicats, sauf du SYNPER. Cette grève est contre la réforme de la fonction publique [1].

Il est temps d’être sérieux. Alors que l’Europe est le rempart le plus performant pour défendre les travailleurs des effets néfastes de la mondialisation, les organisations syndicales classiques appellent à la grève le jour de l’Europe [2], à la veille des élections du parlement européen [3] !

La cécité des organisations syndicales classiques sur les bienfaits du libéralisme les empêche de négocier intelligemment et les contraint à une attitude dogmatique et rigide de rejet.

Cette cécité des organisations syndicales classiques sur les bienfaits du marché unique, de la libre circulation des biens, des personnes, des services, propice tant au bien-être du portefeuille des consommateurs et donc de leur pouvoir d’achat, qu’au développement d’entreprises solides avec des débouchés et donc de la création d’emplois provient de leur incapacité à accepter les bienfaits du libéralisme ! En effet, toutes les organisations syndicales se revendiquent de la charte d’Amiens et donc s’érigent contre le capitalisme [4].

Le SYNPER, lui, ne promeut ni le régime de la Corée du Nord, ni celui du Vénézuela [5], et est satisfait de notre démocratie libérale. Il ne s’agit pas d’être des chantres du laissez-faire. L’Europe en est très loin, agissant de manière déterminée, et souvent de façon mal vécue par les pays membres, pour limiter les effets des ententes ou des abus de positions dominantes [6]. C’est bien un libéralisme responsable qui est au cœur des valeurs européennes, ce qui correspond bien au souhait du SYNPER.

C’est pourquoi nous sommes la seule organisation syndicale qui s’affirme clairement comme européenne.

Notre monde est complexe, interdépendant, pris entre des besoins souvent contradictoires et des marges de manœuvre réduites : cette situation nécessite des acteurs de la négociation inventifs et innovants, ce qui n’est pas le cas des dinosaures du syndicalisme.

On retrouve cette rigidité des organisations syndicales classiques dans l’incapacité à négocier la réforme de la fonction publique. Le monde change et près de 80 ans après la création du statut des fonctionnaires, réfléchir à une transformation profonde n’apparaît pas comme une aberration. Osons le dire, la réforme proposée par le gouvernement pose les bonnes questions. Reste à en discuter les réponses, ce que les organisations syndicales n’osent faire, préférant la posture rigide de refus à celle de la négociation fine. C’est plus facile, mais ce n’est pas ce dont nous avons besoin.

La simplification du droit syndical est une nécessité ; les praticiens, côté syndical comme côté employeur, ne peuvent qu’en convenir. Permettre de récompenser le mérite et l’implication est une urgence tant l’uniforme de l’égalitarisme participe à une bureaucratisation médiocre de la fonction publique. Reconnaitre que la fonction publique à besoin des agents contractuels et leur offrir une vraie protection découle du bon sens pour tout observateur de terrain qui constate leur présence durable dans les effectifs de la fonction publique et leurs apports qualitatifs. Aider à l’ouverture du statut est vital : la fonction publique ne doit pas être un ghetto, mais, au contraire, être composer de femmes et d’hommes en prise avec la société pour mieux l’aider. Naitre et mourir fonctionnaire, n’est pas excessif ? Est-ce comme cela que les fonctionnaires porteront utilement notre service public ?

Voyez par vous-même, et prenez connaissance du projet tel qu’il est proposé par le gouvernement :
Projet de loi de transformation de la fonction publique


[1Un appel à la grève de la cfdt, la cftc, la cfe-cgc, la cgt, la fa-fp, fo, la fsu, solidaires et l’unsa

[2La Journée de l’Europe est, avec le drapeau, la monnaie, la devise et l’hymne européens, l’un des symboles de l’Union européenne. Elle a lieu le 9 mai, date anniversaire de la Déclaration Schuman, considérée comme "l’acte de naissance" de l’Union européenne.

[3Les prochaines élections européennes se déroulent le dimanche 26 mai 2019 en France.

[4Reconnaissant la lutte de classe, la charte d’Amiens assigne au syndicalisme un double objectif et une exigence : la défense des revendications immédiates et quotidiennes, et la lutte pour une transformation d’ensemble de la société « par l’expropriation capitaliste »

[5Un exemple incroyable de l’attitude inappropriée d’une approche dogmatique qui nie la souffrance d’un peuple est bien celle de la cgt : Paix au Venezuela !

[6Voir par exemple ces décisions récentes de la Cour de justice de l’Union européenne :
- Concurrence, l’entente entre les groupes pharmaceutiques Roche et Novartis visant à réduire les utilisations ophtalmologiques du médicament Avastin et à accroître celles du Lucentis pourrait constituer une restriction de la concurrence « par objet ». CJUE, arrêt du 23 janvier 2018, F. Hoffmann-La Roche e.a., C-179/16
- Concurrence, la Cour maintient les amendes infligées par la Commission à plusieurs sociétés dans le cadre de l’entente dans le secteur des services de transit international aérien. CJUE, arrêts du 1er février 2018, Kühne + Nagel International e.a. / Commission, C-261/16 P, C-263/16 P, C-264/16 P, C-271/16 P