Le SYNPER : pacifique, européen et liberal.

Un site Fourmi’dable !

Accueil > La fourmilière > Cartographie de la Fourmilière... > France > Région Île-de-France > La politique de l’emploi - le SYNPER s’en mêle

La politique de l’emploi - le SYNPER s’en mêle

jeudi 11 avril 2019, par La responsable de communication

Le SYNPER a rencontré l’administration du conseil régional d’Île-de-France sur un bilan de la politique de l’emploi pour les agents des lycées.

Cette discussion, limitée aux agents des lycées, a forcément un impact sur les agents du siège ; aussi nous la partageons avec tous.

Nous avons rappelé à l’administration nos deux revendications majeures :

Pour les salaires, le SYNPER est pour la prime au mérite (1)

Pour l’activité, le SYNPER est pour le recours au temps non complet et la prime de départ (2)

Le SYNPER est pour un dialogue social facteur de performance : ceux qui aiment le service public défendent sa capacité à relever les défis d’aujourd’hui.

Notre collectivité défend le service public : non seulement les postes sont maintenus dans les lycées mais l’arbitrage de la Présidente conduit à créer chaque année les postes correspondant à l’ouverture de nouveaux d’établissements ou à des extensions d’EPLE existants. Parallèlement, une nouvelle façon de travailler est mise en place avec des nouveaux outils. C’est ces trois choses que nous voulons.

Cet effort de recrutement est d’autant plus important que sous 5 ans ce seront près de 2000 collègues qui partiront à la retraite.

Notes :
Le SYNPER a obtenu la revalorisation des éléments de rémunération des agents contractuels, du siège comme des lycées.

Pour le siège, le SYNPER a plaidé pour la mise en place de la RIFSEEP avec un maintien du régime indemnitaire voir une légère hausse, alors que la plupart des collectivités baissaient le régime indemnitaire. La mise en place progressive de la RIFSEEP concernera les agents des lycées – sans doute tardivement – mais nous sommes heureux de ce précédent positif qui garantira une mise en place sereine.

La prime exceptionnelle de 300 euros a été mise en œuvre en mars par la Présidente. Nous nous en félicitons ; elle répond ainsi à notre volonté de la voir remercier les agents pour les efforts exceptionnels consentis ces derniers temps.

Le SYNPER souhaite qu’une prime au mérite soit mise en place dans la collectivité. L’absence de reconnaissance du mérite est une source de souffrance des agents. Nous sommes prêts à en négocier les modalités et nous le ferons avec vigilance pour que cette prime soit juste.

Nous sommes pour une incitation à la sortie de l’activité et notamment la mise en place d’un nouveau plan de départ volontaire. Cela correspond à un souhait de certains salariés, près de la retraite ou non, qui, pour des raisons diverses, veulent mettre fin à leur collaboration au service public. Nous sommes le seul syndicat à défendre pour vous cette liberté.

En ce qui concerne la création par l’autorité territoriale d’emplois publics sous forme temporaire, le SYNPER a obtenu l’engagement du remplacement des agents en congé de maladie ou en absence prévisible dès 15 jours d’absence. La difficulté étant que cet engagement n’est pas suffisamment respecté. Nous le constatons notamment avec le non remplacement de certains congés de maternité. Il conviendrait de faire un bilan et d’apporter des correctifs.

Par ailleurs, nous avons sollicité la maîtrise de la filière de la restauration, par l’accueil d’apprentis que nous formerons et que nous garderons. Il nous semble que là aussi, un bilan devrait être fait car le succès de ce processus reste mitigé et que les apprentis ne restent pas souvent dans la collectivité. Peut-être que l’accompagnement par l’institution n’est pas assez fort ?

Nous nous félicitons de la filière PEPS, qui assure de la souplesse et fait tomber un mur séparant les agents des lycées et les agents du siège. Nous sommes tous agents de la collectivité !

Enfin nous souhaitons l’extension du partage du temps de travail par le biais du temps non complet. Le recrutement à temps non complet permettrait une meilleure adaptation du besoin de main d’œuvre aux activités non constantes ou particulières (week-end, soir, ou pic d’activité). Afin que ce temps non complet ne soit pas subi mais choisi : nous souhaitons un recrutement d’agents titularisés avec des perspectives de carrière.